Spécial Coupe du monde : l’Italie remporte la troisième édition et conserve son titre pendant 16 ans

La Coupe du monde de 1938 était la dernière avant la Seconde Guerre mondiale et a marqué le sacre du double champion italien.

En guise d’échauffement pour la Coupe du monde 2022, Sambafoot publie une rétrospective de toutes les éditions de la Coupe du monde. Cette semaine, nous parlons de la troisième édition, qui s’est tenue en 1938.

Après la domination de l’Uruguay dans les années 1920, les années suivantes ont vu l’Italie devenir la plus grande puissance du football mondial. Cela s’est confirmé en 1938, lorsque l’équipe nationale a remporté pour la seconde fois la Coupe du monde.

La troisième édition de la Coupe, qui s’est tenue en France, a été la dernière avant la Seconde Guerre mondiale, qui a interrompu l’organisation du tournoi. En outre, un joueur brésilien n’a pas remporté le titre, mais a été couronné de succès par ses buts et ses performances. Rappelez-vous comment tout cela s’est passé !

Un hommage pour définir le lieu de la Coupe du monde

Trois pays se sont portés candidats pour accueillir la troisième édition de la Coupe du monde : l’Allemagne, l’Argentine et la France. Après avoir accueilli les Jeux olympiques de 1936 à Berlin, l’objectif des Allemands était, une fois de plus, d’utiliser le sport comme moyen de propagande pour le régime nazi.

D’autre part, l’Argentine espérait une rotation entre les continents, la dernière ayant eu lieu en Italie. Finalement, la décision a été prise en faveur de la France, principalement pour honorer deux dirigeants de la FIFA : Jules Rimet et Henri Delaunay.

L’Uruguay et l’Argentine boycottent le tournoi

En raison de la décision d’organiser la troisième édition en France, l’Argentine a décidé de ne pas participer au tournoi, un boycott auquel s’est joint l’Uruguay, premier champion du monde. Le Brésil et Cuba étaient les représentants américains, la seule fois où le pays des Caraïbes a participé à la Coupe du monde.

Deux autres équipes importantes ne participent pas au tournoi : l’Espagne, en raison de la guerre civile que traverse le pays, et l’Angleterre, qui a des problèmes avec la FIFA et ne considère pas la Coupe comme une compétition de grande importance.

Participants concentrés en Europe

En 1938, la FIFA a adopté une qualification automatique pour le champion en titre (l’Italie), qui a été suivie jusqu’à la Coupe du monde 2002. Ainsi, la France et l’Italie n’ont pas eu à jouer pour se qualifier. Pour le reste, seules trois places ont été attribuées à d’autres continents, deux pour les Amériques et une pour l’Asie.

Ainsi, 13 des 16 équipes étaient issues du Vieux Continent, soit la proportion la plus élevée de l’histoire du tournoi. Finalement, seuls 15 d’entre eux y ont participé, car l’Autriche a été annexée par l’Allemagne. Certains joueurs autrichiens ont même joué pour l’équipe nationale allemande lors de la Coupe du monde.

L’Italie a confirmé son statut de favori et a remporté la coupe pour la deuxième fois.

La formule de compétition était la même qu’en 1934, sous forme d’élimination directe avec départage en cas d’égalité. La Suède, qui devait affronter l’Autriche, s’est qualifiée directement pour les quarts de finale. Les matchs ont été très disputés : cinq ont été jusqu’aux prolongations et deux ont été départagés par un tie-break.

Un des favoris pour le titre, l’Allemagne a été la grande déception. Lors du premier match, ils ont mené, mais ont fait match nul 1-1 avec la Suisse. Lors du match décisif, ils menaient 2-0 et le personnel d’encadrement a même averti Adolf Hitler de la victoire, mais les Suisses ont renversé la situation et ont gagné 4-2. L’une des raisons invoquées pour cette élimination était la division entre les Allemands et les Autrichiens.

De l’autre côté, l’Italie a eu besoin de prolongations pour battre la Norvège, et le Brésil, dans un match fou, a battu la Pologne 6-5, avec un triplé de Leonidas. L’un des buts, d’ailleurs, a été marqué pieds nus, alors qu’il s’apprêtait à changer de chaussures, mais qu’une grande opportunité s’offrait à lui et qu’il renonçait à les mettre.

Brésil-Italie : une finale anticipée

En quarts de finale, le Brésil doit passer par un barrage pour se qualifier contre la Tchécoslovaquie, ce qui est connu sous le nom de « bataille de Bordeaux ». Outre les expulsions, des joueurs ont même été hospitalisés. Les deux matchs sont épuisants et se reflètent dans la demi-finale, où la Seleção affronte l’Italie.

Dans une décision controversée, l’entraîneur Ademar Pimenta a décidé de laisser Leonidas au repos. On ne sait pas s’il s’agissait d’un excès de confiance dans la qualification ou d’une blessure. Le fait est que le Brésil n’a pas bien joué et a été mis sous pression par ses adversaires, qui ont pris l’avantage 2-0. Romeu Pellicciari réduit le score, mais l’élimination est actée.

Dans la grande finale, l’Italie bat la Hongrie 4-2, toujours sous la menace de Mussolini. Le capitaine de l’équipe était Giuseppe Meazza, qui porte aujourd’hui le nom du stade partagé par l’Inter et le Milan.

Dans le match pour la troisième place, le Brésil a battu la Suède sur le même score, toujours grâce à l’efficacité de Leonidas.

Leônidas termine meilleur buteur et meilleur joueur

Contrairement aux années précédentes, l’équipe nationale brésilienne disposait de toute sa force pour aller chercher son premier titre mondial. Le grand nom de cette équipe était Leonidas da Silva, de Flamengo. Son surnom « diamant noir » a inspiré la marque de chocolat qui existe encore aujourd’hui.

La campagne du Brésil s’est arrêtée en demi-finale, perdue contre l’Italie, championne du monde, mais Leônidas a été le point culminant de la Coupe du monde. Avec sept buts, il a terminé meilleur buteur et a également été élu meilleur joueur. Beaucoup regrettent son absence en demi-finale, qui a contribué à ce résultat négatif.

Première Coupe retransmise par radio au Brésil

Un fait intéressant est que la Coupe de 1938 a été la première à être diffusée en direct à la radio au Brésil. Rádio Inconfidência, fondée en 1936, diffusait les matchs à toute la population de Minas Gerais.

Bien que la fin n’ait pas été heureuse pour les Brésiliens, la campagne a été perçue de manière positive. Après une élimination précoce en Italie, l’équipe a fait preuve de force et a eu le sentiment qu’elle aurait même pu gagner la compétition.

La Coupe de 1938 a été la dernière avant la Seconde Guerre mondiale.

Enfin, la Coupe de 1938 est la dernière avant le début de la Seconde Guerre mondiale, qui a interrompu le tournoi jusqu’en 1950. L’Italie conserve ainsi son titre durant 16 années au total, puisqu’elle avait déjà remporté l’édition précédente, à domicile.

Un des mythes de ce tournoi est que, pendant la guerre, Ottorino Barassi, officier italien de la FIFA, aurait caché le trophée de la Coupe du Monde de la FIFA 1938 dans une boîte à chaussures dans sa chambre pour éviter qu’il ne soit volé. Une histoire plus raisonnable est qu’il soit resté au Vatican, sous la garde de la célèbre Garde suisse pontificale.

Autres Articles