Le Phénomène Ronaldo

L’ascension d’une étoile Il s’agit de Luis Nazario da Lima, plus connu sous le pseudonyme de Ronaldo . Né le 22 Septembre 1976 a Bento Ribeiro, un quartier périphérique de Rio, dans une famille modeste où il vivra une enfance partagée entre l’école qu’il fréquente peu et la rue du Général César Obino , où […]

L’ascension d’une étoile

Il s’agit de Luis Nazario da Lima, plus connu sous le pseudonyme de Ronaldo . Né le 22 Septembre 1976 a Bento Ribeiro, un quartier périphérique de Rio, dans une famille modeste où il vivra une enfance partagée entre l’école qu’il fréquente peu et la rue du Général César Obino , où avec ses copains il dispute d’interminables « peladas ».

Il débute au Social Ramos Club où il démontre son étonnante maîtrise technique. Ses exploits intéressent en effet de plus en plus Jaïrzinho (champion du Monde en 1970 au Mexique) qui l’observe régulièrement . Aucun doute, il a devant lui un joyau. Il le présente à Humberto Rédes, le selectionneur des moins de 17 ans, qui l’emmène disputer le Championnat d’Amérique du sud où Ronaldo impressionne l’ensemble des observateurs et en particulier Paulo Roberto et Rogerio Correia qui lui font signer un contrat en faveur du São Cristovão, petit club de la banlieue de Rio de Janeiro, où il passera deux années fructueuses.

En 1993, Jaïrzinho convainc le Cruzeiro Belo Horizonte d’engager Ronaldo; pari réussi: le jeune prodige régale pendant un an les nombreux spectateurs du stade Mineirão.

[photo=ronaldo_1994.jpg id=2 align=right] Eté 1994: la Coupe du Monde aux Etats-Unis se profile et Ronaldo y pense de plus en plus, il s‘entraîne quotidiennement et s’affirme prêt à affronter tous les adversaires.Cependant, l’entraîneur de l’époque Carlos Alberto Parreira persiste à penser que le joyau du Cruzeiro est trop jeune pour supporter la pression d’une telle compétition, et c’est finalement sur le banc que Ronaldo assiste a tous les matches de la Coupe du monde y compris à la finale contre l’Italie, remportée aux tirs aux buts. Au terme de son aventure américaine, Ronaldo sera transféré au PSV Eindhoven aux Pays-Bas, comme un certain Romario trois ans plus tôt.

Ronaldo, tout juste 18 ans, effectuera une première saison au cours de laquelle il enchantera les foules bataves, par son jeu, et par ses 36 buts toutes compétitions confondues. La seconde fût nettement moins bonne, sur le plan moral, Ronaldo ressent l’éloignement de sa famille, le mal du pays, la fameuse « saudade » ; physiquement, il a grandit trop vite et ses muscles trop rigides l’handicapent et le jeune talent devra subir une intervention chirurgicale pour allonger ses ligaments , qui le tiendra loin des terrains durant plusieurs semaines.Il finira cette saison tronquée avec 20 buts au compteur.

En 1996, Il part aux Etats-Unis pour y disputer le Tournoi Olympique (le seul titre qui fuit le Brésil). La Seleção est vaincue en demi-finale par le Nigéria (futur vainqueur) et doit se contenter de la troisième place ( 5-0 contre le Portugal ). Après s’être distingué lors de cette compétition, c’est finalement en Espagne, au F.C Barcelone qu’il signe. Ronaldo y effectuera une saison extraordinaire remportant la Coupe du Roi, finira second du championnat et clôturera cette saison par une victoire en Coupe des Vainqueurs de Coupe face au Paris SG.

Il reçoit le Ballon d’Or 1997 qui récompense le meilleur joueur des différents championnats européens devant Pedrag Mijatovi, ainsi que le Soulier d’Or.

Pressions et doutes

Ronaldo est désormais indispensable à la seleção et la CBF cherche un moyen de vendre son image. Il signera avec Nike un accord le 16 Juillet 1996 a Rio portant sur une somme astronomique de 400 millions de dollars payable en dix ans. Le contrat stipule que la seleção devra jouer un grand nombre de matchs avec obligatoirement Ronaldo sur la feuille de match. « El Fenomeno » est maintenant plus qu’un attaquant de classe mondiale: c’est aussi une véritable star ainsi qu’ un formidable outil marketing tres bien exploité par ses sponsors et ses proches.

En juin 1998, il arrive en France pour y disputer sa seconde Coupe du Monde. Après un premier tour moyen, il retrouve toutes ses qualités au cours de la deuxième phase avec notamment un doublé face au Chili et un très joli but en solo face aux Pays-Bas. A quelques heures de la grande finale au stade de France, Ronaldo est pris d’un malaise encore inexpliqué aujourd’hui dans sa chambre d’hôtel. Il participera néanmoins à la déroute brésilienne (3-0) sans avoir montré une lueur de son talent.

[photo=ronaldo_inter.jpg id=2 align=left] Après la mésaventure francaise, l’Inter de Milan s’attache les services de Ronaldo pour une somme dépassant tous les records. Au cours de la première saison, tout semble lui sourire: L’Inter se classe second du championnat et remporte la Coupe de l’UEFA. La saison suivante sera un véritable cauchemar: le 12 Avril 2000 il se blesse gravement au genou et restera plus de deux ans sans jouer. Tous les spécialistes du ballon rond s’interrogent désormais sur la suite de sa carrière, qui pour beaucoup semble quasiment finie.

Après une opération pratiquée et réussie par le professeur Saillant et une longue période de récupération, Ronaldo foule de nouveau un terrain de football le 20 Septembre 2001.Malheureusement il ne jouera que 28 minutes et quittera le terrain victime d’une blessure a la cuisse.

C’est finalement le 9 Décembre 2001, contre Lecce, que Ronaldo effectue son grand retour. Il marquera un but et toute la planète football lui rendra hommage pour son courage et son abnégation.

Le 27 Mars marquera son grand retour sous les couleurs de la Seleção entrainée par Luiz Felipe Scolari, à Fortaleza face à la Yougoslavie et une petite victoire 1-0. Le 14 Avril, alors que l’Inter est mené au score, il marque deux buts en trois minutes et son image réapparait en boucle dans les émissions de télévision du monde entier. Ronaldo est prêt à prendre sa revanche et à relever le défi de la « Penta ». (cinquième Coupe du Monde)

Le Penta campeão

Au fil des matches préparatoires Ronaldo retrouve toute sa sérénité et avec lui tout le Brésil respire. Il s’envole pour le Japon et la Corée du Sud pour y disputer sa troisième Coupe du Monde, bien décidé a remporter le titre, le cinquième pour le Brésil.

Là tous les observateurs étrangers, mais surtout brésiliens, surveillent, analysent, ses moindre faits et gestes.

[photo=ronaldo_2002.jpg id=2 align=right]Aux cours des matches d’entraînement les radios reporters brésiliens se déchaînent sur les actions, les dribles, mais que dire lorsqu’il marque un but: là on frise l’hystérie, il faut rassurer le peuple qui attend, qui a tant souffert de l’absence de son joyau. Mais la question que la planète football se pose: comment Ronaldo va-t’il se comporter en compétition officielle qui plus est lors de la Coupe du Monde? La réponse, il la donne au bout de cinquante minutes face à la Turquie (en marquant un but extraordinaire laissant aux commentateurs brésiliens de lâcher le célèbre gooooool, et au Brésil de rêver à une cinquième étoile), avec le premier des huit buts qu’il marque au cours de la compétition. Au fil des matches il retrouve ses sensations, en finale , il est au cours de la première mi-temps merveilleux, et inscrit les deux buts qui donnent le droit a Cafu de brandir le trophée tant convoité, et de donner au Brésil sa cinquième couronne

L’après Coupe du Monde demeurera tout aussi fructueux: il signe le 30 Août, après des mois de négociations et de fausses rumeurs, au Real de Madrid avec sa constellation de stars. Il remporte la Coupe Intercontinentale face à l’Olimpia Assuncion en novembre 2002 et sera récompensé en recevent le Ballon d’Or en décembre de la même année.

Luiz Nazario Da Lima est désormais un footballeur mature et experimenté et sa soif de gagner lui permettra sans nul doute d’aider une nouvelle fois le Brésil à remplir son objectif jamais atteind: les Jeux Olympiques d’Athènes en 2004.

Autres Articles