• Atlético Mineiro
  • Fluminense
  • Grêmio
  • São Paulo FC
  • Corinthians
  • Internacional
  • Vasco da Gama
  • Santos FC
  • Sport
  • Palmeiras
  • Atlético PR
  • Chapecoense
  • Ponte Preta
  • Avai
  • Cruzeiro
  • Flamengo
  • Figueirense
  • Goias
  • Coritiba
  • Joinville

Brésil-Japon : premier rendez-vous à Lille

Une Seleção en grande forme
Mowa press
Après une phase de qualification remportée haut la main par la Seleção, ponctuée par une série de 12 victoires sur 18, 5 nuls et une défaite, 41 buts inscrits, meilleure attaque pour 11 buts de concédés, meilleure défense, les hommes de Tite vont retrouver au stade Pierre Mauroy de Lille, un autre qualifié pour le mondial russe, les Blues Samouraïs du Japon, pour sa première de ses deux rencontres de préparation et pour clore une bonne année sur le plan des résultats.

Pour cette joute amicale, Tite pourra compter sur presque la totalité de son effectif, exception faite de Philippe Coutinho, insuffisamment remis de sa blessure à la cuisse, qui l’a tenu éloigné des terrains depuis une bonne dizaine de jours. On avait également craint que Neymar, incertain suite à une béquille lors de la victoire du PSG en Ligue des champions (5-0) face à Anderlecht, et totalement remis ayant reçu le feu vert du Docteur Lasmar, le médecin de la Seleção. L’occasion pour Tite, de faire des essais de voir ou revoir certain joueurs, tels que Diego qui avec Flamengo, s’est qualifié pour la demi-finale de la Coupe Sudamericana, l’équivalent de l’Europa League, et inscrit un but, il n’avait plus joué pour la Seleção depuis le 26 janvier dernier face à la Colombie même s’il ne sera pas présent pour cette rencontre, autre joueur, l’imposant Diego Souza, attaquant du Sport Recife, et double buteur pour sa dernière cape, le 13 juin dernier en amical face à l’Australie dominée 4-0, Douglas Costa attaquant de la Juventus de Turin, également présent dernièrement face à l’Australie. L’occasion faite pour tenter de séduire Tite à quelques mois de la divulgation de la liste des joueurs qui iront tenter de remporter une sixième étoile.

Le Japon dangereux ?

A la lecture de l’affiche de vendredi, sans vouloir faire injure à la formation japonaise, le Brésil est sans conteste le favori quant à l’issue de la rencontre, mais les Brésiliens devront tout de même respecter cet adversaire, lequel pointe à la 44ème place du dernier classement Fifa, alors que le Brésil occupe la seconde place derrière l’Allemagne, des Nippons qualifiés pour la sixième fois pour une Coupe du monde, avec deux huitièmes de finale disputées en 2002 à la maison et en 2010 en Afrique du sud, pour se qualifier pour le prochain mondial, le Japon a terminé en tête de la poule finale devant l’Arabie Saoudite, Genki Haraguchi, le joueur du Hertha Berlin a terminé meilleur buteur de son équipe avec quatre réalisations et sera l’atout majeur de l’attaque , autre joueur important, le défenseur de l’Inter de l’Inter de Milan, Yuto Nagamoto, son compère en défense, le Marseillais, Hiroki Sakai, seront présents pour endiguer les attaques brésiliennes.

Le Japon de Vahid Halilhodzic ancien Parisien et qui a notamment dirigée les équipes nationales d’Algérie  (2001-2014), de Côte d’Ivoire (2008-2010) et depuis mars 2015 du  Japon, en remplacement du Mexicain, Javier Aguirre. Il totalise lors de ses cinq dernières sorties, un bilan de deux succès face à l’Australie et la Nouvelle Zélande, pour deux nuls et une défaite en septembre dernier en match éliminatoire au mondial, 2-1 face à l’Arabie Saoudite. Les Blues Samouraïs, qui restent sur une petite contre-performance arraché lors des dernières secondes de jeu face à Haïti à Yokohama, sur le score de trois buts partout, après avoir été mené 2-3, une égalisation signée par le joueur du Borussia Dortmund, Shinji Kagawa.

Falcåo et Zico à la tête du Japon

Ils font légion les sélectionneurs étrangers qui ont dirigés avec des fortunes diverses, les Blues Samouraïs, et ont eu ce privilège deux Brésiliens et non des moindre, Paulo Roberto Falcão en 1994, 9 matches, 3 succès, 4 nuls et 2 défaites, puis Zico est devenu le second auriverde à diriger cette formation entre 2002 et 2006, avec qui il a remporté la Coupe d’Asie la troisième pour les Japonais et une qualification pour le mondial 2006, éliminé dès le premier tour dans le groupe du Brésil, alors vainqueur 4-1, avec un doublé de Ronaldo, Juninho et Gilberto furent les autres buteurs.

Le Brésil largement devant

Au regard de l’historique des oppositions, pas de surprise de taille et de voir qu’après 11 rencontres, la Seleção compte 9 victoires depuis la première rencontre disputée le 23 juillet 1989 en amical à Rio et la courte victoire 1-0 but de Bismarck. Il y eut pour le reste deux nuls en 2001 (0-0) et 2005 (2-2) en Coupe des Confédérations.

La plus lourde défaite japonaise s’est produite en amical à Tokyo et une défaite 1-5. Lors des cinq derniers affrontements, le Brésil totalise depuis 2005, quatre victoires pour un nul, dix-sept buts inscrits pour trois buts de concédés, le dernier buteur nippon, Keiji Tamada joueur du Nagoya Grampus Eight, dernier buteur face à la Seleção en Coupe du monde 2006. Au total le Brésil a inscrit 31 buts et concédée dans le même temps quatre buts.

Neymar aime le Japon

Neymar qui sera encore l’atout number one de Tite pour cette rencontre, il aligne une statistique incroyable, en effet l’attaquant Parisien a affronté à trois reprises le Japon, n’a jamais perdu, et incroyable a inscrit lors de ses trois rencontres, sept des onze buts brésiliens, avec notamment un doublé en 2012, puis un quadruplé lors de la dernière opposition en 2014, c’est dire que Neymar  qui compte 52 buts au 28 mars 2017 lors de la victoire 3 à 0 face au Paraguay, a sept buts de Ronaldo (62) et a trois longueurs de Romario (55), va tenter de se rapprocher de ce dernier voir le dépasser, pour cela, il faudra que Neymar sorte un grand match, ce dont il est capable dans un grand jour.

Le Japon qui se prépare également pour le prochain mondial, nourri l’espoir de remporter enfin son premier succès face au Brésil, ce qui serait une énorme surprise, ce qui n’est pas impossible à réaliser, car petit retour en arrière lors des Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, le Japon avait créé la première grande sensation du tournoi en ayant battu 1 à 0 la formation de Zagallo, Ito avait à l’époque trompé Dida. Le Brésil devra se souvenir de cet accroc pour éviter de débuter sa campagne de préparation par un revers et ce avant d’aller défier mardi prochain à Wembley l’Angleterre.

 
 

Dernières Actus.

  • Toutes
  • Seleção
  • Clubs
  • Transferts
prev
    next
    Boutique Brésil

    Le forum Foot


    To the top