Les entraîneurs brésiliens arrivent au Japon et s’inspirent d’autres compatriotes qui ont déjà brillé au Pays du Soleil Levant

Zico, Oswaldo de Oliveira et Nelsinho Baptista pourraient être des modèles pour Zé Ricardo et Fábio Carille

Le football brésilien a la réputation d’avoir de bons entraîneurs au pays du soleil levant. Zico, par exemple, a été l’entraîneur de la sélection japonaise entre 2002 et 2006 et jouit d’un grand prestige en Asie.

Récemment, deux entraîneurs habitués à diriger de grandes équipes du football brésilien ont débarqué au Japon afin de relever de nouveaux défis dans leur carrière. Ils ont de bons exemples, outre Zico, d’autres compatriotes qui ont réussi là-bas.

Les entraîneurs brésiliens arrivent au Japon

Il s’agit de Zé Ricardo, ex-Vasco, et de Fabio Carille, ex-Corinthians. Le premier a été annoncé le 7 juin comme le nouvel entraîneur du Shimizu S-Pulse, en première division japonaise. La deuxième a été annoncée le 12 juin, par V-Varen Nagasaki, qui se trouve au deuxième échelon du football local. Les entraîneurs ont fêté l’accord via leurs réseaux sociaux. Ils ont tous les deux signé des contrats de deux ans.

« Je suis très heureux de cette nouvelle opportunité. Notre engagement sera de travailler dur, de nous dévouer et de nous engager pour que nous puissions avoir une équipe qui propose un beau football et qui satisfera les fans », a déclaré Zé Ricardo.

« Trop excité de réaliser un rêve de travailler dans un pays aussi agréable que le Japon. Nous y allons avec beaucoup de joie et de volonté de travailler », a posté Fábio Carille.

À propos de Zé Ricardo

Zé Ricardo est âgé de 51 ans et a commencé sa carrière d’entraîneur à Flamengo en 2016. Le titre le plus important de sa carrière est jusqu’à présent le championnat carioca 2017, lorsqu’il était à la tête du rubro-negro. Avant de partir pour le Japon il entraînait à Vasco et a démissionné pour accepter l’offre japonaise.

À propos de Fábio Carille

Fábio Carille a d’abord travaillé aux Corinthians, entre 2017 et 2018, où il a remporté le plus grand titre de sa carrière jusqu’à présent : le championnat brésilien 2017. Son dernier club, avant d’accepter l’offre japonaise, était l’Athletico-PR, où il est resté d’avril à mai de cette année.

Les Brésiliens qui ont réussi au Japon

Si vous voulez demander des conseils sur un entraîneur qui a réussi et qui est très aimé au Japon, Zé et Carille devraient se tourner vers Zico, qui a entraîné les Kashima Antlers et l’équipe nationale japonaise. Et c’est exactement ce que le premier a fait, il y a quelques jours, et a posté sur ses réseaux sociaux.

Rappelons quelques cas de Brésiliens qui ont réussi dans le football japonais et qui peuvent servir de modèle à Zé Ricardo et Fabio Carille afin de faire de même.

 

Zico

zico

Zico est considéré comme l’une des grandes idoles des supporters des Kashima Antlers, club pour lequel il a joué en tant que joueur, entre 1991 et 1994, et en tant qu’entraîneur, en 1999.

Il est revenu au club en 2018 pour occuper le poste de directeur technique et y est resté depuis. En outre, il a été l’entraîneur de l’équipe nationale du Japon entre 2002 et 2006.

L’une de ses principales réussites au pays du soleil levant est d’avoir qualifié le Japon pour la Coupe du monde 2006.

Oswaldo de Oliveira

oswaldo de oliveira

Oswaldo est également considéré comme une idole des Kashima Antlers, le club qu’il a entraîné entre 2007 et 2011. Et pour cause, puisqu’il a remporté huit titres officiels à la tête du club, dont le championnat national à trois reprises (2007, 2008 et 2009).

Il a de nouveau travaillé dans le pays asiatique entre 2018 et 2019, lorsqu’il a remporté la Coupe de l’Empereur 2018 avec les Urawa Red Diamonds. Son dernier poste était à Fluminense en 2019.

Nelsinho Baptista

nelsinho baptista

Nelsinho était le seul entraîneur brésilien en activité sur le sol japonais avant l’arrivée de Zé Ricardo et Fábio Carille. Il est à la tête du Kashiwa Reysol depuis 2019, un club où il a connu d’autres passages et est considéré comme une grande idole. Il y a remporté six titres, le principal étant le championnat du Japon en 2011.

Le succès de Baptista au Japon provient d’autres époques. Il avait auparavant œuvré chez Verdy Kawasaki entre 1994 et 1996 et a été deux fois champion du Japon (1994 et 1995).

Autres Articles