Conmebol et la lutte contre le racisme : aurons-nous enfin un vrai dénouement ?

La Conmebol a augmenté la sévérité des sanctions pour discrimination, mais son historique soulève des doutes

Malheureusement, le racisme est à nouveau le principal sujet de discussion dans le football sud-américain. Ces dernières semaines, des épisodes impliquant des clubs brésiliens ont mis en lumière un problème que la Conmebol a négligé pendant des décennies. Elle a donc décidé de faire preuve d’initiative.

Les nouvelles sanctions imposées aux clubs impliqués dans des affaires de discrimination peuvent peser sur les finances et même compromettre les performances sportives. Toutefois, le mauvais passé de la Conmebol suscitent des doutes quant à sa capacité à éradiquer le racisme et les autres préjugés dans les stades.

La Conmebol durcit les sanctions contre le racisme

Sous la pression des récents cas de racisme, la Conmebol a renforcé les sanctions contre les actes discriminatoires dans toutes ses compétitions. Désormais, l’amende appliquée au club qui enfreint les règles sera de 100 000 USD – auparavant, le montant était de 30 000 USD.

Outre le volet financier, l’instance a également ouvert la possibilité de sanctions sportives pour les clubs impliqués dans ces affaires.

La commission chargée de juger les allégations peut fermer partiellement les stades, voire même retirer les équipes.

Cette décision fait suite à la pression exercée sur l’institution, qui n’est pas connue pour punir de manière adéquate de tels cas. Comme le montre une étude d’UOL, par exemple, les amendes pour les violations du marketing et de la publicité peuvent atteindre 150 000 dollars. Cette comparaison illustre bien le manque d’engagement de la Conmebol.

Cinq cas de racisme lors de récents matchs d’équipes brésiliennes

Rien que pour l’édition actuelle de la Libertadores, cinq équipes brésiliennes ont été victimes d’une forme de discrimination raciale lors de matchs contre des adversaires étrangers. C’est le cas de : Fortaleza, Palmeiras, Corinthians, Bragantino et Flamengo.

Jusqu’à présent, une seule affaire a été jugée et a fait l’objet d’une sanction précise. Le 13 avril, un supporter de River Plate a jeté une banane en direction des supporters de Fortaleza. Le club argentin a été condamné à une amende de 30 000 dollars, soit l’ancien montant. Le supporter a été suspendu pour six mois de fréquentation du stade.

Ensuite, dans la période du 26 au 28 avril, il y a eu quatre autres cas. Dans l’un d’eux, un supporter de Boca Juniors a même été arrêté après avoir été surpris en train d’imiter des gestes de singe, mais il a été relâché après avoir payé une caution.

Il est probable que ces affaires seront jugées dans les prochains jours par la commission disciplinaire de la Conmebol. Il reste à voir si les clubs seront plus sévèrement punis.

La Conmebol critiquée pour son indulgence dans les cas de discriminations

Le durcissement des sanctions est une étape importante, mais la Conmebol n’est pas connue pour prendre des mesures fortes contre le racisme. En fait, l’organisation est indulgente avec d’autres types de délits et d’irrégularités, comme les problèmes avec les supporters.

LANCE ! a réalisé une enquête qui illustre bien ce sentiment. Depuis 2014, 48 cas de racisme flagrant ont été signalés lors de compétitions de la Conmebol. Malgré cela, seuls 11 d’entre eux ont donné lieu à une sanction de l’accusé ou du club en question.

Le plus incroyable est que, dans 32 cas, l’auteur n’a même pas été identifié. En outre, la plupart du temps, lorsque des mesures ont été prises, telles que l’arrestation des personnes impliquées, c’était sur le sol brésilien. À l’étranger, il n’y a souvent pas d’application de la loi.

La Coupe Libertadores compte de nombreux cas emblématiques de racisme

La compétition de clubs la plus importante d’Amérique du Sud a connu plusieurs cas de racisme ces dernières années – la grande majorité contre des joueurs ou des supporters brésiliens.

Même avec les images de la télévision, les agresseurs ne sont pas intimidés. Nous rappelons ci-dessous quelques épisodes bien connus de racisme lors du tournoi.

  • Tinga (14/2/2014) : lors du match de Cruzeiro contre le Real Garcilaso-PER, les supporters adverses ont émis des cris de singe lorsque Tinga a touché le ballon. Le club a été condamné à une amende de 27,8 mille R$.
  • Atlético-MG x Racing (4/5/2016) : l’entraîneur des gardiens de but de l’équipe argentine a simulé le fait de manger une banane en direction des supporters de l’Athletico. Le Racing a licencié le joueur, mais aucune sanction n’a été prise par la Conmebol.
  • Corinthians vs Cerro Porteño (6/3/2016) : pendant le match, un supporter a été filmé à la télévision en train d’imiter un singe à l’Arena Corinthians. Il ne s’est rien passé.
  • Gabriel Jesus (17/3/2016) : les supporters du Nacional-URU ont effectué des gestes racistes à l’encontre de l’attaquant, alors à Palmeiras. Le club uruguayen a été condamné à une amende de 10 000 dollars.

D’un côté, il faut saluer l’attitude de la Conmebol qui a décidé de durcir les sanctions pour lutter contre le racisme dans ses compétitions. Toutefois, il est important que l’entité lutte activement contre la discrimination et ne laisse en aucun cas passer sous silence ces épisodes déplorables.

Autres Articles