Perquisition au siège du PSG dans le cadre de l’enquête sur le transfert de Neymar

La justice française enquête sur un possible avantage fiscal accordé lors de son transfert depuis le FC Barcelone
par
Zineb Dziri Merhraoui
2024-02-23 10:33:21

L’enquête de la justice sur d’éventuelles irrégularités dans le recrutement de Neymar par le PSG semble s’accélérer. Le mois dernier, il a été révélé qu’une perquisition avait eu lieu au ministère des Finances français pour trouver des preuves, et on apprend maintenant que les autorités ont également perquisitionné les locaux du club parisien.

Cette dernière procédure a eu lieu à la mi-février mais vient seulement d’être révélée par une information du journal local Le Monde, qui cite une source proche du dossier. Selon les informations publiées, la perquisition a eu lieu au siège de l’institution à Boulogne-Billancourt, en banlieue parisienne.

Découvrez plus :

++ Endrick, le grand défi de l’intégration dans l’ombre de Mbappé
++ Marquinhos courtisé par le géant bavarois: le Bayern déterminé à attirer la star parisienne
++ Dimitri Payet, le magicien français qui ensorcelle le Brésil

Les résultats de ces perquisitions ne sont pas communiqués, mais elles s’inscrivent dans l’enquête sur le transfert de la star brésilienne du FC Barcelone vers le PSG. Il est soupçonné que le club a bénéficié d’un avantage fiscal pour conclure le transfert le plus cher de l’histoire, évalué à environ 222 millions d’euros.

Cette affaire a démarré en septembre 2022 à la suite de l’analyse des contacts et de l’influence de l’ancien directeur de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes. Celui-ci a été mis en examen pour corruption et trafic d’influence, permettant de fouiller dans ses SMS et messages WhatsApp.

Des centaines d’échanges avec Hugues Renson, ancien député du parti du président Emmanuel Macron et ex-vice-président de l’Assemblée nationale, y ont été trouvés. La justice s’interroge sur le rôle de cet ex-élu, qui aurait tenté d’obtenir des « avantages fiscaux » pour le PSG pendant le transfert de Neymar.

Même si Neymar a rejoint Al Hilal en Arabie Saoudite en août dernier, la justice continue son enquête et un éventuel « trafic d’influence » est passible de 10 ans de prison.