Endrick garde les pieds sur terre malgré la large avance de Palmeiras, “Atlético peut gagner 10-0”

Bien que le Verdão ait le titre sur un plateau, le jeune de 17 ans ne veut pas crier victoire trop tôt
par
Zineb Dziri Merhraoui
2023-12-05 15:33:19

Grâce à une fin de saison impressionnante, ajoutée à l’effondrement de Botafogo, Palmeiras aborde la dernière journée du Brasileirão avec le titre en poche pour la deuxième année consécutive. À une journée de la fin, l’équipe d’Abel Ferreira domine le classement avec 69 points, trois longueurs devant ses poursuivants immédiats.

Si une défaite contre Cruzeiro pourrait permettre à l’Atlético Mineiro et Flamengo de rejoindre le Verdão au nombre de points, il faudrait une bonne quantité de buts pour lui ravire la première place. Car le champion en titre a une différence de but de +31, contre +23 pour le Galo et +15 pour le Mengao. Malgré tout, aussi longtemps que des chances mathématiques existeront, Endrick ne veut pas fêter prématurément la victoire.

Découvrez plus :

++ Vitor Roque quitte le Brésil, direction le FC Barcelone
++ Endrick qualifie Palmeiras et séduit déjà le Real Madrid
++ Neymar encourage Al-Hilal de loin pendant sa convalescence

Endrick prudent face à la fin

“Les supporters sont comme ça, ils sont contents, ils crient quand leur équipe est championne, mais on connaît le Championnat brésilien, les points, comme sont le Galo et Flamengo. On ne peut pas se laisser porter, on garde toujours les pieds sur terre. Je ne pense pas qu’on ait déjà gagné quoi que ce soit, l’Atlético peut gagner 7-0, 10-0 et on perdrait le titre. On doit rester concentrés, s’entraîner en pensant à Cruzeiro et valider la victoire”, a commenté l’attaquant.

À seulement 17 ans, Endrick a gagné en protagonisme dans le onze de Ferreira après avoir passé plusieurs mois sur le banc. L’équipe avait un moment été distancée de Botafogo, mais a su se rapprocher de la première place et est désormais à un pas d’un nouveau sacre.

“Rien à dire sur cette équipe, on est une famille unie, on ne baisse pas les bras quand on est derrière. Et dans le Brasileirão, ce n’était pas différent. On pensait avoir perdu, mais on a continué à travailler. Bien sûr, après avoir été éliminés en Copa Libertadores, on l’a senti, c’était dur de repartir”, a-t-il dit au sujet de leur élimination aux tirs au but en demi-finale contre Boca Juniors.

“Maintenant on est là. Abel est phénoménal, pour moi la moitié du travail vient de lui. Pour moi c’est l’un des meilleurs entraîneurs, si ce n’est le meilleur du monde. C’est une grande personne et il a tout fait pour nous”, a-t-il ajouté.

Précédent