• Atlético Mineiro
  • Fluminense
  • Grêmio
  • São Paulo FC
  • Corinthians
  • Internacional
  • Vasco da Gama
  • Santos FC
  • Sport
  • Palmeiras
  • Atlético PR
  • Chapecoense
  • Ponte Preta
  • Avai
  • Cruzeiro
  • Flamengo
  • Figueirense
  • Goias
  • Coritiba
  • Joinville

Brésil-Suisse : la Seleção lance son mondial

Mowa press
Après une Coupe du monde pour la seconde fois organisée sur sol après 1950, 2014 reste dans les mémoires brésiliennes comme un véritable cauchemar aussi cruel que la défaite en final de 1950 face à l’Uruguay 1-2. Le Brésil qui reste en Coupe du monde sur deux défaites, face à l’Allemagne en demi-finale (1-7) et aux Pays Bas lors du match de classement (0-3).

Un Brésil moribond à l’issue de ce mondial 2014, lequel aurait pu avoir une autre tournure, mais beaucoup trop d’éléments ont fait que ce mondial pas totalement désiré par le peuple, les arrangements entre Dilma Rousslef alors présidente du Brésil et Sepp Blatter le secrétaire général de la Fifa, l’entêtement de Scolari, l’agression sur Neymar de José Zuñiga lors du quart de finale remporté face à la Colombie 2-1, aura tourné au fiasco, et c’est une Seleção pas au mieux qui a disputé les Copa América de 2015 où le Brésil avait été éliminé aux stades des quarts par le Paraguay (1-1 puis 3 tirs au but à 4) et en 2016 pour la Copa America du Centenaire éliminé dès le premier tour ce qui n’était plus arrivé depuis l’édition de 1987 au Chili, qui se préparait à débuter la campagne éliminatoire au mondial 2018.

La phase éliminatoire au mondial avait débutée par une défaite annoncée face au Chili qui allait s’imposer 2-0 face à une Seleção dirigée par Dunga, ce dernier avait endossé la tunique de sauveur, mais il ne verra pas la fin de cette phase remercié en Juillet 2016 et remplacé par Tite. L’arrivée de Tite aura été bénéfique avec une suite des plus heureuses tout d’abord une qualification au mondial russe, bien avant la dernière journée, un bilan des plus élogieux de 12 victoires pour 5 nuls et 1 défaite, 41 buts inscrits pour 11 de concédés. Surtout Tite a su redonner une âme à cette Seleção traumatisée, d’ailleurs son bilan général depuis sa prise de fonctions est après 21 rencontres, de, 17 succès pour 3 nuls et une défaite face à l’Argentine 0-1 le 9 Juin 2017. Avec Tite la Seleção qui a battu l’Allemagne en amical 1-0 le 27 Mars 2018 à Berlin, fait de nouveau peur et arrive après une série de deux rencontres amicales face à la Croatie (2-0) et l’Autriche (3-0) comme un sérieux candidat à la victoire finale.

La Suisse en entrée

La Seleção qui a pris ses quartiers à Sotchi, va préparer tranquillement sa première sortie face à la Suisse, la Nati pour arriver en Russie a terminée à la seconde place de son groupe éliminatoire remportée par le Portugal de Cristiano Ronaldo, avec un bilan de 7 victoires pour 3 défaites, puis a disputé un match de barrage face à l’Irlande du Nord. La Nati qui est dirigée par le Bosnien, Vladimir Petkovic, sélectionneur depuis Juillet 2014 ayant succédé à Omar Hitzfeld, reste sur ses dix dernières rencontres sur 7 victoires, 2 nuls et 1 défaite le 10 Octobre 2017 en éliminatoire face au Portugal (0- 2). La Nati qui a fait match nul 1-1 le 3 Juin dernier en amical face à l’Espagne, une formation helvète qu’il ne faudra certainement pas négliger et bien armée pour venir disputer à la Seleção la première place, donc pas d’excès de confiance, même si le Brésil reste sur de bonnes prestations, il faudra se montrer vigilant, face à une formation qui compte bons nombre d’excellents joueurs tels que Ricardo Rodriguez buteur face à l’Espagne, Granit Xhaka (Arsenal), Valon Behrami (Udinese), Sherdan Shaqiri (Stoke City), Blerim Dzemaili (Bologne) et Haris Seferovic du Benfica. Stephan Lichtsteiner(Juventuus de Turin) le joueur en exercice le plus capé avec 100 sélections.

Une équipe, à une exception, le défenseur Michel Lang est le seul qui évolue au pays, au FC Bâle, tous les autres jouent dans les grands championnats européens et ont donc une grande habitude des grands rendez-vous. Cette formation ne laissera pas passer la chance d’accrocher voir plus face à la Seleção, car lors de la dernière opposition disputée le 14 Août 2013 en amical, où la Nati s’était imposée grâce à un csc de Daniel Alves, un succès qui ne s’était plus produit depuis la victoire 1-0 le 21 Juin 1989, but inscrit par Kubilay Türkiylmaz, le bilan total s’établit en faveur du Brésil, comme suit depuis le 28 Juin 1950 en Coupe du monde de 3 victoires pour 3 nuls et 2 défaites, 10 buts pour, le dernier buteur Kaka lors du succès 2-1 le 15 Novembre 2006 qui correspond au dernier succès des brésiliens, la Nati a inscrit pour sa part 8 buts le dernier inscrit par Alexander Frei le 15 Novembre 2006, le meilleur buteur de la sélection avec 42 buts en 84 capes entre 2001 et 2011.

L’accroc du Pacaembu

La rencontre inaugurale du groupe dimanche, sera la seconde qui a opposé les deux équipes lors d’une phase finale, il faut remonter en 1950 et plus précisément le 28 Juin lorsque les deux formations s’étaient retrouvées sur la pelouse du Pacaembu de São Päulo, les Suisses qui s’étaient auparavant inclinés 3-0 face à la Yougoslavie, alors que le Brésil n’avait fait qu’une bouchée du Mexique battu 4-0. La rencontre avait attiré un peu plus de 42000 spectateurs, lesquels comptaient bien voir la Seleção l’emporter largement, et tout se décanta très vite avec une ouverture du score de la Seleção dès la 2’ minute, but inscrit par Alfredo pour son premier et unique but sous le maillot auriverde, tout le monde pensait que le Brésil de Flavio Costa allait déroulé, mais première surprise à la 16’, Jacques Fatton a réduit le score, piqué au vif il faudra aux spectateurs et au Brésil tout entier de patienter jusqu’à la 31’ pour assister au second but brésilien, l’œuvre de Baltazar des Corinthians, qui en aura inscrit 16 en 27 sélections, à la pause le Brésil mène donc 2-1 et semble se contenter de ce résultat, mais s’était mal connaitre la Nati qui revient à hauteur du Brésil grâce à une nouvelle fois, de Jacques Fatton, stupeur dans le Pacaembu, lequel faillit bien resté muet, si à l’ultime minute, Hans Peter Friedlander l’avant-centre du Lausanne Sports, n’avait manqué de conclure en but une occasion en or. Ce nul n’aura pas suffi finalement à la Suisse pour pouvoir continuer sa route dans ce mondial, éliminée dès le premier tour. Cet avertissement n’aura pas été retenu par les brésiliens qui allaient le 16 Juillet subir au Maracanã, l’impensable, perdre la finale face à l’Uruguay 1-2.

La rencontre de dimanche sera déterminante pour les deux équipes pour la suite de la compétition, la pression sera sans aucun doute sur les épaules brésiliennes, la Seleção qui partira néanmoins avec les faveurs des bookmakers pour la victoire, mais attention la Nati , cette dernière elle n’aura pas du tout la même pression, avec comme objectif de pourquoi créer la première surprise de ce mondial, mais dans le même temps elle se méfiera de cette Seleção, laquelle voudra dès cette rencontre frappé un grand coup, et bien démarré sa compétition et lancer un avertissement aux autres grands favoris qu’il faudra compter avec le Brésil pour le titre.

 
 

Dernières Actus.

  • Toutes
  • Seleção
  • Clubs
  • Transferts
prev
    next
    Boutique Brésil

    Le forum Foot


    To the top