• Atlético Mineiro
  • Fluminense
  • Grêmio
  • São Paulo FC
  • Corinthians
  • Internacional
  • Vasco da Gama
  • Santos FC
  • Sport
  • Palmeiras
  • Atlético PR
  • Chapecoense
  • Ponte Preta
  • Avai
  • Cruzeiro
  • Flamengo
  • Figueirense
  • Goias
  • Coritiba
  • Joinville

Betão, le polyvalent

Un défenseur solide et expérimenté rejoint la Ligue 1
Action Images
A la recherche d’un défenseur central, Evian TG a recruté Betão jusqu'à la fin de la saison. La formation savoyarde enregistre l'arrivée d'un joueur expérimenté, rapide et capable d'évoluer à plusieurs postes.

«Il faut remercier le Président Patrick Trotignon ainsi que les actionnaires et les administrateurs pour ce transfert. Je suis très heureux», a déclaré l’entraîneur d’Evian TG, Pascal Dupraz, lors de la présentation officielle de Betão le 17 janvier. Privé de Jonathan Mensah et Cédric Mongongu partis disputer la Coupe d’Afrique des Nations, le coach evianais cherchait un défenseur central pour épauler Aldo Angoula. C’est désormais chose faite avec l’arrivée d’Ebert Willian Amancio plus connu sous le sobriquet «Betão». Le natif de São Paulo, capable d'évoluer aux postes de latéral droit et gauche, finira le reste de la saison en Haute-Savoie. Outre sa polyvalence, c'est son autorité qui a plu au coach savoyard : "Je souhaite que Betão soit un leader et il en a les qualités. C'est important d'avoir un chef de défense, je pense que nous l'avons trouvé".

Patrick Trotignon préfère souligner l'expérience de sa nouvelle recrue : "Nous sommes très heureux d'avoir réalisé ce recrutement. Betão est un garçon de grande expérience, sa carrière le montre. C'est un beau CV avec des références respectables". Celui qui porte désormais le numéro 3 a effectué sa formation à travers toutes les catégories de jeunes du Corinthians avant d'être lancé dans le grand bain professionnel, à l'âge de 17 ans avec l'équipe pauliste contre l'Atletico-MG le 18 novembre 2001. Au cours des sept saisons passées sous le maillot du Timão, il remporte notamment le championnat de São Paulo en 2003 et le Brasileirão deux ans plus tard. Après plus de 200 matches disputés et une ovation reçue au stade Pacaembu pour sa dernière apparition, Betão signe au FC Santos en janvier 2008. Le défenseur auriverde, très peu utilisé, ne reste que six mois avant de mettre le cap sur l'Ukraine.

Il a déjà affronté quatre fois le PSG

Le Brésilien pose ses valises au Dynamo Kiev pendant quatre ans et demi. Le temps pour lui d'ajouter à son palmarès un championnat d'Ukraine (2009), deux Supercoupes d'Ukraine (2009 et 2011) et de goûter aux joies de la Ligue des Champions. "J'ai eu la chance de pouvoir jouer contre de grandes équipes. J'ai notamment affronté quatre fois le PSG. J'ai gagné beaucoup en expérience et pour un joueur, le fait de jouer de grandes rencontres, c'est ce qu'il y a de mieux", a expliqué celui qui avait failli signer à Sochaux en 2007 mais que l'entraîneur de l'époque, Frédéric Hantz, ne voulait pas. Cinq ans plus tard, Betão débarque en Ligue 1 mais pas dans l'inconnu :"Concernant la L1, j'en connais beaucoup car c'est un championnat que beaucoup de monde suit". Il n'atterrit pas totalement en terrain étranger puisque son coéquipier à Kiev, Milos Ninkovic, a également rejoint Evian TG en ce début d'année 2013. L'intégration sera forcément plus facile pour ce joueur de 29 ans qui avait l'habitude de venir à Disneyland Paris avec femme et enfants en vacances. "Cela fait un peu plus d'un mois que je n'ai pas joué car j'étais en vacances mais je n'ai pas de problèmes physiques. On va faire le maximum dans les jours qui viennent pour que je retrouve vite la forme et que je joue rapidement".


L'ETG espère que son nouvel arrivant sera opérationnel dans les plus brefs délais pour apporter ses qualités de vitesse et aider la formation savoyarde à se maintenir au sein de l'élite hexagonale. Pascal Dupraz ajoute : "Il connaît déjà les expressions importantes en français : "Attention", "à gauche", "ça vient" etc... Cela prouve la qualité de l'homme et sa volonté de s'acclimater le plus rapidement". Au niveau du climat, Betão ne devrait pas être trop dépaysé par rapport à l'Ukraine. Une bonne nouvelle pour Evian qui flirte dangereusement avec la relégation (17e avec un seul point d'avance sur le premier relégable, Reims). Les attentes sont grandes autour de l'homme, dont le surnom signifie "Béton" dans la langue de Molière, pour solidifier une défense qui a encaissé 34 buts depuis le début du championnat.

 
 

Dernières Actus.

  • Toutes
  • Seleção
  • Clubs
  • Transferts
prev
    next

    Le forum Foot


    To the top